Les jardins du Roi René

Publié le par MClaude

ANGERS
ANGERS

Ci-dessous la transcription d'un article découvert dans l'Echo Saumurois du 1er Janvier 1853.

Ce qui explique pourquoi l'Anjou est une région d'excellence horticole.

" L'Union de l’Ouest a publié le premier numéro d'une Revue historique et archéologique, par M. Aimé de Soland. Nous en extrayons ce qui suit :

LES JARDINS DU ROI RENÉ : DEUX LETTRES INÉDITES DE CE PRINCE.

La communication de cette notice et les lettres qui la suivent, sont dues à l'obligeance de M. P. Marchegay , archiviste paléographe du département du Maine-et-Loire.

Le meilleur des princes qui ont régné sur l'Anjou, celui que l'histoire a surnommé le Bon, et dont le monument, exécuté aux frais de M. le comte Théodore de Quatrebarbes, n'a pas encore été accepté et inaugurer par la ville qui l'a vu naître; le roi René était amateur de jardinage. Vicissitudes politiques, absence, rien ne lui faisait perdre de vue les jardins de ses châteaux d'Angers, Baugé, Beaufort et Saumur, ni de ses manoirs de Chauzé, Reculée, Epluchart, les Rivettes, la Menitré et Launay. Des documents nombreux établissent qu'ils étaient de sa part l'objet d'une constante sollicitude.

A Angers, où les goûts de l'excellent monarque sont aujourd'hui si généralement répandus, où la production des plantes les plus belles, comme celle des plus utiles, est devenue un juste sujet d'orgueil, et surtout une source de richesses, on ne lira pas sans intérêt deux lettres que le Roi René écrivait, en l'année 1453, d'Italie et de Provence, aux gens de sa Chambre des comptes, relativement à ses ouvraiges et jardinaiges. Nous les imprimons d'après un manuscrit contemporain, conservé à Paris, aux Archives impériales, qui est coté P. 134, et dans lequel elles sont copiées, la première au 183è feuillet, et la seconde au 194è.

A nos amez et feaulz conseilliers les gens de nostre Chambre des comptes , à Angiers.

De par le roy de Sicile, duc d'Anjou , etc.

Nos amez et feaulx , nous vous advisons que nous sommes sur nostre païs de Provence et espérons d'estre, au plaisir Dieu, tantost après Pasques prouchain par delà , en nostre païs d'Anjou. Et pour ce nous vous mandons que vous visitez noz ouvraiges, jardinaiges et mesnaiges, tant du chasteau que de Chanzé, la Menistré et Launay; et ordonnez, vous et le sire de Précigné, au quel pareillement en escrivons, que tout soit mis à point et que les treilles des jardins, et tout ce que besoing y sera, soient bien faictes et bien ordonnées, et noz ouvraiges parfaiz et accempliz , ainsi que autresfois les devisasmes et que depuis , plusieurs fois , vous en avons rescript ; et mesmement aussi nostre maison de Baugié. Et vous Président y veuilliez entendre, Car nous savons bien que vous congnoissez en telz choses , et vous nous ferez grant plaisir. Dites aussi au Trésorier qu'il ne nous faille de riens qui touche les ouvraiges et jardinaiges, auquel, pour cestes causes , en escrivons.

Si veuilliez y faire partout toutes diligences possibles et nécessaires là où mestier sera, par manière que nous les trouvons bien à point à nostre venue, et que éongnoissons que y aurez regart; et par les venans par deçà nous escrivez de toutes choses.

Noz amez et feaulz, nostre seigneur soit garde de vous. Escript à Albe, le XIIIIè jour de janvier.

Signé: REINÉ.

Et plus bas : BOURSIER.

Noz amez et feaulx, nagueres vous avons escript touchant noz ouvraiges, tant d'Angiers, de Chanzé que autres de nostre païs d'Anjou. Si vous prions bien à certes que toujours tenez la main, à voz povoirs , que on besongne ès dit ouvraiges eu toute diligence et que on y face ce que possible sera de faire, ainsi que en vous en avons notre parfaicte et entière confiance. Au seurplus, donnez ordre que nostre grant jardin soit bien fait et que on y assiée la loge qui est sur le moulinet , et aussi que nostre petit jardin soit le mieulx et le plus gentement fait que faire se pourra, en quoy nous ferez grant plaisir.

Nos amez et feaulx , Dieu soit garde de vous. Escript en nostre cité d'Aix , le XVIIIè jour de mars.

Signé : RENÉ.

El plus bas : CHARNIÈRES "

Publié dans Chroniques

Commenter cet article