Louis ROUGET, le braconnier angevin

Publié le par MClaude

Louis ROUGET, le braconnier angevin

Louis Rouget, né le 27 février 1792 à Daumeray dans le Maine-et-Loire et Jeanne Lemonnier, née le 20 Janvier 1789 à Notre-Dame-du-Pé dans la Sarthe, se sont mariés le 29 Juin 1816 à Daumeray.

De cette union est né Louis Rouget le 20 avril 1817 à Notre Dame-Du-Pé.

Il exerçait le métier de Journalier.

Il a épousé, le 25 Juin 1845 à Daumeray, Marie Rougé, née le 27 Octobre 1812 à Soucelles (49), fille de Michel Rougé et de Perrine Dubas. Marie exerçait le métier de Domestique.

Le couple a eu deux enfants :

- Louis, Victor né le 22 Juillet 1846 à Daumeray

- Victor né le 20 Mai 1850 à Daumeray

Louis est décédé le 19 avril 1858 au bagne, dans les Iles Du Salut en Guyane, à l’âge de 41 ans.

Marie est décédée à l'âge de 76 ans, le 8 Novembre 1888 à Daumeray. Témoin, son fils Louis, Victor, âgé de 42 ans, exerçant le métier de Cantonnier.

"Vers les années 1850, dans une France où le monde rural vit davantage dans la pauvreté, nombreux sont ceux qui recherchent un emploi à la journée dans les fermes locales. On les appelle les journaliers. Louis Rouget, un brave homme analphabète, essaie tant bien que mal de nourrir sa famille avec les quelques sous qu'il gagne mais ce n'est pas facile. Pour améliorer sa condition, il pratique le braconnage, pourtant interdit à l'époque, la chasse étant seulement réservée aux nobles, châtelains et bourgeois.

Louis est coutumier du fait jusqu'au jour où il est pris en flagrant délit par le gendarme Javelle et l'un de ses collègues le 9 juillet 1854. Il est en possession d'un lapin qu'il vient de tuer. Pris de panique, il commet l'irréparable en braquant son fusil sur l'officier de gendarmerie Javelle, il tire une balle, puis une deuxième et l’atteint. Javelle s'écroule...

Pendant que le second gendarme part à la recherche de secours, Louis fuit dans la forêt qu'il connaît parfaitement. Pendant plus de deux années, il sera traqué et déjouera tous les plans des forces de l'ordre grâce à la complicité de quelques amis. Allant de ferme en ferme, se cachant dans les greniers, s'échappant parfois par le toit, il ne voit que trop rarement sa famille.

Sentant l'étau se refermer progressivement, Louis souhaite s'exiler et veut obtenir un passeport. Il est sous le charme d'une gentille femme depuis déjà bien longtemps et il lui accorde toute sa confiance. Mais cette femme est complice d’un
commissaire et notre braconnier angevin est pris dans le piège qui lui a été tendu.

Il est arrêté et est condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1857. Il est envoyé au bagne de Cayenne en Guyane. Malgré une tentative d'évasion, Louis y meurt des suites de maladie."

L'histoire de Rouget le braconnier a été publiée sous forme de feuilleton dans le Journal "le Petit Anjou", le 4 Mars 1882 (rédigée par Pierre Pignié, gand-père d'Hervé Bazin).

De nombreux ouvrages consacrés à son aventure ont été ensuite publiés.

En 1989, sortie du Film "Rouget le Braconnier" de Gilles Cousin.

Tous les ans, depuis 1971 à Daumeray, la troupe de théâtre "Rouget le braconnier" joue une pièce relatant l 'aventure rocambolesque de Louis Rouget.

Sources : Généanet et Archives Départementales 49 pour la généalogie,

Site Anjou-Maine pour l'histoire de Louis Rouget,

Wikipédia.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article