Noyant

Publié le par MClaude

Noyant

Noyant est une commune rurale située dans la partie orientale du département du Maine et Loire, à l'est de Baugé et d'Angers.

Au carrefour de grandes voies antiques, dès les temps antiques le domaine est une villa royale.

Formes anciennes du nom : Novientus en 644, Noent en 1186, Noient en 1190, Noientum en 1291, Noiant en 1607, Noyant ou Noyant-sous-le-Lude aux XVIIIe et XIXe siècles, Noyant en 1793 et 1801.

Son nom tiendrait son origine du gaulois Novios et du gallo-romain NoVientum, signifiant ville nouvelle.

En 1788, l'état de la paroisse est défavorable, une des plus mauvaises de la région. Isolée, sans artisanat, l'hiver elle regorge de mendiants désœuvrés. Les moutons y sont petits et la laine de mauvaise qualité.

À la fin de l'ancien régime (royaume de France), Noyant relève du Doyenné de Bourgueil, du grenier à sel et de l'élection de Baugé et du baillage de La Flèche.

Époque contemporaine

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, Noyant est en 1790 Chef-lieu du canton de Noyant-sous-le-Lude (département du Maine et Loire) et est rattaché au district de Baugé, puis en 1800 à l'arrondissement de Baugé et, à sa disparition en 1926, à l'arrondissement de Saumur.

Au XIXe siècle, chaque année se déroulaient, dans le Baugeois des comices cantonaux particulièrement dynamiques, que ce soit sur le canton de Baugé, celui de Seiches, de Durtal ou encore celui de Noyant. À l’époque c'était l'occasion de démonstrations, notamment pour les outils de travail du sol.

À la fin du XIXe siècle, la ligne de chemin de fer du Petit-Anjou fut construite, dont la ligne Angers-Noyant qui passait par Lasse, Auverse et Noyant.

Bien que la commune de Noyant ne comporte pas d'inscriptions aux Monuments historiques, elle compte plusieurs inscriptions au Patrimoine :

  • Auberge de Saint-Martin, place de l'Église, édifice datant du XVIIe siècle ou XVIIIe siècle, rebâti dans la 1re moitié du XIXe siècle
  • Château fort de Galmer du XVIe siècle, transformé en ferme.
  • Château de Brérobert, dont il ne subsiste qu'une partie transformée en habitation.
  • Château d'Hunon du XVIe siècle, transformé au XVIIIe siècle.
  • Château du Plessis, transformé au XVIIIe siècle, qui a conservé une chapelle du XVIe siècle.
  • Église paroissiale Saint-Martin, construite au XIe siècle, dépendait du chapitre de Saint-Martin de Tours.
  • Presbytère, place de l'église, édifice datant du XIVe siècle ou XVe siècle, façades et dispositions intérieures remaniées 1re moitié du XVIIIe siècle, école.

En 1793, la commune de Noyant comptait 1044 habitants, en 2013, elle en compte 1879.

(sources Wikipédia)

Publié dans lieux

Commenter cet article