Marie TAVEAU, une triste fin

Publié le par MClaude

"Aujourd'hui vingt trois septembre mil sept cent quatre vingt treize l'an deux de la république dix heures du matin devant moi "Peffault Latour" officier municipal nommé par délibération de la commune le neuf janvier dernier à l'effet de rédiger les actes de naissance mariage et décès des citoyens est comparu à la maison commune le citoyen loic Mongazon greffier du tribunal de la police correctionnelle de cette ville domicilié de la section de Saint-Pierre lequel a déclaré que le vingt un de ce mois à une heure de l'après midi est décédée Marie Taveau femme du citoyen moisy tisserant ainsi qu'il apparait pour le procès verbal du citoyen rené tricault juge de paix des cantons et premier territoire de Saumur en date du vingt  un de ce mois, duquel il résulte que la dite femme a été tuée par accident d'un coup de fusil et a le déclarant signé avec nous."

Le 21 Septembre 1793 à Saumur, Marie TAVEAU fut accidentellement tuée d'un coup de fusil.

L'acte de décès qui relate cet accident ne me donne pas beaucoup de renseignements mais l'évènement est enregistré par le greffier "du tribunal de la police correctionnelle de cette ville domicilié de la section de Saint-Pierre".

Je peux ainsi rattacher la victime à la branche de la famille TAVEAU sur laquelle je fais des recherches, celle-ci étant de la paroisse de Saint-Pierre.

L'acte mentionne qu'elle est "la femme du cItoyen moisy tisserant", ça ne me dit rien mais en consultant internet, j'ai trouvé cet article :

L'abbé Rué, Vicaire de Saint Germain de Bourgueil, Prêtre réfractaire guillotiné à Poitiers le 14 nivôse, an II.
.... En Décembre 1793, les persécuteurs de la religion font rechercher les prêtres réfractaires.....
Craignant non pas pour lui mais pour les personnes chez qui il résidait, il obéit au décret des 29 et 30 vendémaire et se présenta au district de Loudin où il subit un interrogatoire et fut conduit à Poitiers.....Le Tribunal criminel de Poitiers le condamna à la peine de mort le 14 nivôse de l'an II. La sentence fut exécutée dans les 24 heures (3 Janvier 1794)....
.....Avant de quitter sa paroisse de Saint Germain, il exerça en secret les fonctions de son ministère "Il consacrait et rompait le pain, catéchisait, baptisait, entendait les confessions, bénissait les unions, consolait les mourants et la nuit se rendait bénir les tombes."
....On célébra les Saints Mystères aux Averries dans la maison occupée par............ et dans la maison dite la "Paternelle", située dans le bas de Pavée appartenant à Monsieur Pierre Moisy, Tisserand, surnommé "Trividi", au lieu-dit la Guerrière................

L'abbé Rué, Vicaire de Bourgueil, Chemins secrets

On mentionne dans cet extrait "Pierre Moisy, Tisserand". Je pense qu'il pourrait être l'époux de Marie TAVEAU.

En effet, après avoir consulté le site Généanet, j'ai trouvé le mariage de Pierre MOISY avec Marie TAVAU (Taveau) le 9 Mai 1785 en la Paroisse St Germain de Bourgueil (37).

L'acte de mariage précise (AD37) : Pierre Moisy âgé de 23 ans (né vers 1762), fils de Urbain et d'Anne Coutureau et Marie Taveau âgée de 22ans (née vers 1763), fille des défunts Pierre Taveau et Marie ?? de Rillé (37).

Il est à noter que les bans furent publiés à l'église de St Germain et à Saumur.

...A Saumur, le Comité révolutionnaire a vu le jour le 1er Juillet 1793 après la réoccupation de la ville abandonnée par les rebelles...
Outre les rapports à établir, leur activité fut multiple et souvent exorbitante. D'un côté les perquisitions, les auditions, les contrôles, les sanctions et de l'autre un rôle administratif, économique, social et culturel avec la déchristianisation...
Portés par les évènements exceptionnels à exercer sur les concitoyens un pouvoir inquisiteur et redoutable, lui-même soumis à l'autorité dictatoriale et sectaire des Représentants en mission, ces gens d'origine sociale modeste mais fanatisés par l'idéologie jacobine, réussir à écarter du corps social certains de ces éléments jugés dangereux : les aristocrates, les prêtres, les accaparateurs, les suspects, c'est-à-dire tous ceux qui selon une expression moderne "n'étaient pas dans la ligne".....

Annales de Bretagne

Que faisait Marie à Saumur ce jour là ? Etait-elle en visite dans sa famille ou s'y était-elle réfugiée ? (son époux hébergeait des prêtres réfractaires).

On ne sait pas si l'accident s'est produit à l'intérieur ou à l'extérieur.

Donc, en cette période de la Terreur, j'opte pour le scénario suivant :

Marie Taveau se serait trouvée au mauvais endroit au mauvais moment, elle allait rendre visite à sa famille ou à des amis. Au cours d'une rixe entre Républicains et Rebelles (il y en avait peut-être encore) ou des citoyens soupçonnés de "n'être pas dans la ligne", elle aurait été victime "d'une balle perdue", puisqu'il est écrit dans l'acte de décès "a été tuée par accident d'un coup de fusil".

Elle est décédée à l'âge de trente ans environ. Avait-elle des enfants, c'est possible après huit ans de mariage....

 

Publié dans Taveau-Ladubay, Actes, Saumur

Commenter cet article