Incendie près de Jarzé

Publié le par MClaude

Encore un incendie à déplorer dans les environs d'Angers.

"En moins d'un quart d'heure pour parcourir un kilomètre et après avoir été avertie en pleine nuit, presque toute la population de Jarzé fut sur les lieux !"

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, à minuit, un incendie considérable fut aperçu chez le sieur Brard, fermier à la ferme de Montplacé, appartenant à M. Hussard, a un kilomètre de Jarzé, par un voyageur attardé qui, en toute hâte, accourut donner l'alarme au bourg.
Depuis plus d'une heure le feu dévorait des tas de gerbes évaluées à 1,200 boisseaux de froment et 6 à 700 boisseaux d 'avoine, et s'était communiqué, sur une longueur de barges de paille de 25 à 30 mètres, aux écuries et aux granges remplies de foin.
En moins d'un quart d'heure, M. le maire, M. le curé et son vicaire, les fonctionnaires publics de la commune, la compagnie de pompiers et presque toute la population de Jarzé était sur le lieu du sinistre. Grâce à l'entrain et au zèle vraiment extraordinaire et au-dessus de tout éloge, des pompiers habilement dirigés par leur chef, M. Goirand, et parfaitement secondés par les habitants des communes de Jarzé, Sermaise, Echemiré , Cheviré et Beauvau, qui, en formant une chaîne, puisaient l'eau à plus de 400 mètres de distance, on a pu sauver, après sept heures d 'un travail pénible, la moitié des écuries et des granges, 3 à 400 boisseaux de blé battu et 2 barges de foin qui, en quelques instants, seraient devenus la proie des flammes.
Tout le monde a rivalisé d'ardeur et de courage ; on admirait surtout le dévouement des religieuses de l'Hôpital et d'un grand nombre de femmes arrivées dès le commencement. On n'a eu à déplorer aucun accident ; les bestiaux ont été sortis à temps.
On estime la perte à 10,000 fr. La récolte n'était pas assurée. Malheureusement les circonstances dans lesquelles s'est développé cet incendie pourraient en faire attribuer la cause à la malveillance.

Pour chronique locale et faits divers : P. - M -E. GODET

L’Echo Saumurois, Jeudi 27 Août 1857

Publié dans Chroniques

Commenter cet article